S’égarer dans les ruelles de la médina

23 mars 2006

Les sites historiques du Kasbah

La médina de Tanger a sa propre histoire. Elle n’est pas comme les autres médinas du Maroc, puisque l’occupation humaine de son sol est attestée depuis l’antiquité. Des trouvailles archéologique punico-Alcasaba_de_tangermaurétannienne ont été découvertes au Grand Socco et à l’intérieur des Jardins de  la Mendoubia. En fait, la vieille ville (Kasbah) et ses alentours, représente un intérêt touristique spécifique grâce à un héritage historique fort influencé par les cultures du pourtour méditerranéen (al-Andalus, Portugal, Espagne, France). Sa configuration actuelle trouve son origine sous l’occupation portugaise de 1464 à 1661. Cerné de remparts, le Kasbah ou la médina de Tanger contient plusieurs sites historiques :

Commençant par le Grand Socco.

C’est un immense marché permanant situé à l’entrée de la médina. Il amarre la médina avec la nouvelle ville. Jusqu’à 1965, il était le cœur de Tanger. Pourtant, il reste encore l’un des points de passage les plus fréquentés de tout Tanger.

La place du Grand Socco « Grand Souk » fut rebaptisée « Place du 9 Avril 1947 » en souvenir du discoursBab_el_bhar historique du Sultan Mohammed V. La place est dominée par la mosquée Sidi Bou Abid (le vraie nom c’est Sidi Bou Abib) dont le minaret totalement recouvert de faïences multicolores, date de 1917. A son côté, on trouve L'église Saint Andrew le lieu de culte britannique, qui fut construite en 1880 sur un terrain doté par Le Sultan Moulay Hassan Ier. L’arche de l’église est gravée d’une prière en arabe ce qui souligne sa particularité.

Au nord ouest de du Grand Socco, s’étendent les célèbres jardins du tribunal du Sadad (près de la rue Bouarrakia). On les appelle aussi jardins de la Mendoubia (au temps de statut international le « mendoub »,  le représentant permanent du Sultan auprès de la commission internationale, y avait sa résidence). En entrant, à droite, on remarque un beau spécimen de dragonnier, arbre vieux de huit siècles. Au fond du parc, à gauche, une terrasse qui rassemble une belle collection de canons de bronze, pour la plupart portugais ou espagnols (17e et 18e siècle).

Revenir au Grand Socco en entrant par Bab El Fahs, en passant par la rue d’Italie et la rue de la Kasbah, en bordant ensuite les escaliers ; puis on tournant à droite en haut de cette rue, passant par la porte de la Kasbah et la place du Tabor-Espagnol pour aboutir finalement à la rue de Riad Sultan où se trouve les jardins du Sultan.

Les jardins du Sultan

Il existe deux jardins (riads) juxtaposés. Le premier, est disposé des ateliers d’artisans où on fabriquerait des tapis, des babouches, des coussins, etc. Au fond du deuxième jardin on trouve une salle de repos décoré de stucs et zelliges (actuellement une Café) et couvert de bois peint et sculpté.

La place de la Kasbah

S’ouvre sur une ruelle bordée de maisons tranquilles ornées de sculptures d’angelots, de volets et de balcons multicolores. A gauche, une plate-forme aménagée offre une vue sur l’océan et les côtes marocain

et espagnole. Au centre, on trouve la place du méchouar, principale place de la Médina XVIIe siècle. Sur cette même place, s’hausse le minaret de la Mosquéede la Casbah (l’entrée en est interdi aux non-musulmans), l’un des Mosquées les plus célèbres de la ville. A ses côtés, juste à droite on trouve le fameux Dar el Makhzen qui se termine par un charment pavillon s’ouvrant, à l’étage, par une triple baie à colonnes : c’est le Bit el Mâl ou ancienne Trésorerie.

Ce palais du Sultan fut fondé sous le règne de Moulay Ismaïl, peu après l’évacuation de Tanger par les Anglais (1684) ; puis, agrandi au milieu du 18e siècle et encore à deux reprises au cours du 19e siècle. Grâce à l'initiative du chercheur Edouard Michaux Bellaire, ce palais est devenu un musée qui abrite de magnifiques collections représentatives de l’artisanat du Maroc entier et des vestiges provenant de Volubilis.

Au sud de la place, proche de Bab el Assa on trouve l’ancien tribunal qui fut la résidence des pachas de la 562671582ville. L’emplacement actuel de la Grande Mosquée (Jamaa El Kebir en arabe) a été occupé depuis l’époque antique. Elle est élevée à l’emplacement d’un vieux temple. On suppose y trouver les vestiges d’un temple dédié à Hercule ou du Capitole romain. La grande Mosquée fut transformée en église par les portugais. En 1684, après l’évacuation des Anglais par le Pacha du Sultan Ali ben Abd Allah al-Rifi (premier gouverneur de la ville après sa reconquête), Moulay Ismaïl alors vainqueur y ordonner à nouveau d’édifier une mosquée. Cette mosquée fut agrandie par le Sultan Moulay Slimane en 1812-1815. Le 11 avril 1947, après avoir prononcé son discours historique dans les jardins de la Mendoubia, Feu S.M. le Roi Mohammed V y vint présider la prière. En 1961, la Grande Mosquée a connu un agrandissement du côté sud. Elle a connu, en 2006, une rénovation entière grâce à un don Royal. Le Roi Mohammed VI, a présidé lui-même l’inauguration de la Grande Mosquée majestueusement rénovée.

Le musée Forbes

Situé dans le Quartier Marshan (un quartier résidentiel urbanisé entre la fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle), ce musé abrite et rassemble 115 000 figurines militaires de plomb rejouent sans broncher les grandes batailles de l’histoire (Waterloo 1815, Dien Bien Phû, la bataille des 3 rois, les armées du Sultan Abdel Malek...). Le Musée Forbes est logé dans l’ancienne demeure du milliardaire américain Malcom Forbes (1919-1990), qui le légua un peu avant sa mort à la ville de Tanger en 1990.

Le café Hafa

A 100 mètres du Musée Forbes, dans le Quartier Marshan, existe le Café Hafa. Fondé dans les années 1920, ce café tranquille est unique dans son genre, offrant aux visiteurs une vue pittoresque sur la baie de Tanger. Les Beatles, Randy Weston, Sean Connery, pour ne citer que ceux-là, sont passés par-là pour déguster un bon thé à la menthe et à l’absinthe (chiba en arabe).

La légation des Etats-Unis

Ce musée est le reflet de l’ancienneté des relations américano-marocaines. Elle fut la première acquisition du gouvernement des Etats Unis à l’étranger, après que le Maroc ait été le premier pays à reconnaître l’indépendance de celui-ci. On l’appela "consulat" jusqu’en 1923, puis il adopta le nom de légation. Aujourd'hui, il abrite une collection de miroirs du 18ème siècle, des œuvres de grands peintres marocains et étrangers, une lettre de George Washington au roi Moulay Abdallah ainsi que des cartes géographiques anciennes, parmi lesquelles celle de Jean-Léon l’Africain, y sont exposées.

Petit Socco

Cette minuscule et pittoresque Petit Socco, fut dès la fin du XIXème siècle, le noyau de la ville ancienne ou encore le centre principal de la cité, lieu des affaires et des réjouissances dans ses petits cafés et ses vieux hôtels dont le célèbre Hôtel Fuentes. Traverser le Petit Socco, monter la rue des Siaghines, spécialisée dans la bijouterie et les articles de souvenir. La rue Semmarines qui laprolonge ramène auGrand Socco.

Les autres endroits d’intérêts à visiter sont :

  • Bab et Borj Dar Dbagh ;

  • Rue al-Mouahidin ;

  • Tombeau d’Ibn Batouta.

Brahim MARRAKCHI 

Posté par brahima007 à 19:05 - Permalien [#]